Nano-drones : Une menace réelle pour la vie privée ?

Les nano-drones ne sont plus désormais réservés aux seuls usages militaires ou pour embellir les films de science-fiction. En plus de leur fonction anti-incendie et de dispositif de surveillance, ces joujoux aux allures futuristes sont également très convoités par le grand public pour leur côté « accessoires de loisir ». Il reste tout de même un problème, l’atteinte à la vie privée des gens. En effet, les modèles les plus récents sont équipés d’un tas de fonctionnalités, devenant en bien des points de véritables gadgets d’espionnage. Caméra intégrée, système de géo-référencement, enregistreur sonore, les options se multiplient. Dans un communiqué en date du 30 octobre dernier, la CNIL disait être très inquiète de cette situation.

Des sanctions peuvent s’appliquer

L’usage des nano-drones dans la vie courante est d’autant plus problématique que la législation concernant ces appareils n’est pas assez claire. D’après l’article 2 d’un arrêté ministériel publié le 11 avril dernier, règlementant les drones de loisirs, un aéronef télécommandé évolue « en vue » s’il vole à la portée de la vue du téle-pilote. Si tel n’est pas le cas, l’appareil est dit évoluer « hors vue ». En d’autres termes, les pilotes d’aéronefs doivent maîtriser leur appareil, et seront tenus pour responsables en cas d’accident, note la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Ainsi, tous usages anormaux du dispositif sont passibles d’une sanction, en fonction de l’importance des dégâts engendrés. Si le drone a heurté un passant, une poursuite pénale peut être enclenchée sans plainte de la victime. Les drones à usage professionnel, en revanche, ne sont pas soumis aux mêmes réglementations que les drones de loisir.

Difficiles à détecter

Les appareils équipés d’une caméra posent vraiment problème, a fait remarquer Daniel Warfman de Trigion Sécurité. Aucun souci n’est à se faire si l’utilisateur se contente de filmer son jardin ou les alentours de son habitation. Si l’appareil est utilisé dans le but d’espionner le voisinage par contre, le délit est grave et inadmissible, souligne-t-il. Mais il s’avère que contrôler ces personnes mal intentionnées est encore très difficile. L’on assiste actuellement à un scénario similaire aux anti-radars qui sont également commercialisés sur le marché grand public, toujours selon M. Warfman. La sanction s’est limitée aux personnes surprises en pleine utilisation de ce type de dispositif. Pour leur part, les drones ne s’apparentent en rien aux installations fixes que l’on peut aisément surveiller, d’autant plus qu’il est possible de pirater le réseau de transmission de données.

Respecter les droits d’autrui

Dès lors que les données enregistrées à savoir une vidéo, une photo ou un son permettent à l’identification d’une personne, l’on entre dans le cadre de la loi dite « Informatique et libertés ». Cette législation met l’accent sur l’importance du consentement de la personne en question, nous explique Sophie Nerbonne, directrice adjointe des affaires juridiques internationales et de l’expertise à la Cnil. Cette loi est effective dès que les informations enregistrées sont visionnées à l’aide d’un dispositif de lecture numérique tel qu’un ordinateur ou un Smartphone par exemple. Ce qui ne veut pas dire que jouer au drone est illégal, mais un minimum de règles doit être respecté, poursuit-elle. Le cadre éthique du numérique veut que la manipulation de l’appareil se fasse dans le respect des droits d’autrui, notamment les personnes ayant été filmées ou photographiées, conclut-elle.

Et l’avocat Guillaume Desgens-Pasanau de rajouter que l’utilisation d’un drone Parrot ne requiert pas l’obtention d’une autorisation validée par la Cnil. Reste que le pilote doit respecter à la lettre les dispositions de l’arrêté du 11 avril 2012. Il doit également faire preuve de moralité en respectant l’intimité des autres personnes, où qu’elles soient. S’il veut garder les images ou les vidéos enregistrées, un consentement de la personne concernée est nécessaire selon l’article 9 du Code civil. Si un contentieux est engagé, le juge aura la dernière parole.

Promouvoir la culture Informatique et libertés

La lacune du cadre juridique peut être complétée par un dialogue entre les différentes parties prenantes. C’est pourquoi la Cnil a décidé de se rapprocher davantage des industriels opérant sur le marché des drones. L’organisme se montre très inquiet surtout à l’égard des produits embarquant une micro-caméra, précisant qu’une phase de discussion a été engagée avec des professionnels du secteur. Le but est de promouvoir la culture « Informatique et libertés » en ayant recours au concept « privacy by design », précise Sophie Nerbonne. L’idée d’un système de masquage systématique des personnes pourrait bien marcher afin de conserver l’anonymat des individus filmés, conclut-elle.
En attendant, gardons les yeux ouverts! :)

Peace Drone : pourquoi être violent quand on peut-être… hilarant ?

C’est la proposition qu’a faite sur son site l’artiste Axel Brechensbauer au gouvernement américain. Il lui préconise d’abandonner l’utilisation de ses drones de combat au profit de son « Peace Drone ». Un aéronef avec un visage de clown et qui aspergerait les ennemies des États-Unis avec du protoxyde d’azote (plus connu sous le nom du gaz hilarant) !

Killing foreign people with predator drones is history. Let me introduce the peace drone.
Hovering over hostile settlements or cities playing loud clown music, smiling around and delivering clouds of oxycontin. A beautiful American drug described as a pharmaceutical grade heroin.

Happy people are better than dead people and best of all, they will be addicted to you!

Effectivement, comme le souligne l’artiste, des gens heureux valent mieux que des gens morts.
Il suffisait d’y penser, bien vu Alex ! :)

À quoi sert réellement le gyroscope d’un hélicoptère ?

Le gyroscope est un équipement indispensable pour un hélicoptère miniature bien que certains modélistes estiment qu’il est possible de piloter un modèle dépourvu de ce dispositif.

Quelle est l’utilité d’un gyroscope ?

Les évolutions technologiques ont apporté un tout un lot d’améliorations dans le domaine du modélisme. Malgré cela, votre appareil peut tout de même se montrer capricieux et vous réserver quelques surprises comme des changements brusques de direction, lorsque vous modifiez le régime moteur ou tout simplement lorsqu’un vent souffle continuellement dans une direction précise. Ces éléments peuvent déstabiliser votre hélicoptère RC. Le gyroscope sert justement à maîtriser les actions du deuxième rotor installé sur la queue de votre aéronef. En fait, ce dispositif constitue le garant de la stabilité de votre modèle réduit.

Comment fonctionne cet équipement ?

Cet équipement agit en s’intercalant entre le servo qui assure la commande du rotor anti-couple et le récepteur. Dès que la queue de l’hélicoptère effectue une rotation vers la gauche par exemple, le gyro émet un signal invitant le servo de l’appareil à ordonner une rotation en sens inverse de façon à permettre à votre modèle de rester dans la bonne direction. Il faut noter que l’action du gyroscope se déclenche après la détection d’un mouvement à l’arrière du modèle miniature.

Il est possible de régler le gyroscope

Le gyroscope s’avère utile pour les amateurs de modélisme. Il est possible de régler la sensibilité de ce dispositif en fonction de l’expérience et des exigences du pilote. Il faut savoir cependant que vous ne devez pas toucher à votre gyro, sans avoir vérifié que tous les réglages de votre modèle soient au point. Régler un gyroscope revient de ce fait à optimiser l’effet de la correction (gain) apportée au niveau de rotor anti-couple. Certains modèles permettent d’effectuer des mises au point supplémentaires agissant par exemple sur le délai de réactivité du servo.

Course Lamborghini VS T-Rex 700 : Attention aux dégâts !

Une Lamborghini Murcielago Edition Versace a récemment pris part à une course avec deux hélicoptères télécommandés T-Rex 700 et deux Suzuki GSX-R1000. Malheureusement, avant que le tournage de la vidéo n’est pu être terminée, le conducteur de la Lamborghini Murcielago a perdu le contrôle de sa voiture et l’a complètement ruiné.

Il faut dire que cette journée qui s’annonçait particulièrement excitante ne s’est pas déroulé exactement comme prévue. Et c’est le moins qu’on puisse dire!

Voilà le topo : Align, célèbre constructeur chinois d’hélicoptères, avait organisé l’enregistrement d’une vidéo promotionnelle pour voir si un de ses hélicoptères phares était plus rapide qu’une Lamborghini Murcielago Edition Versace et une paire de motos grosses cylindrés. Pour tester cette théorie, la puissante Lamborghini, défiait deux T-Rex 700 et deux Suzuki GSX-R1000.

La vidéo montre plusieurs essais avant que la vidéo ne soit interrompue pour revenir avec une triste scène de la Lambo (ou ce qu’il en reste) étalée dans l’herbe avec des pièces de carbone dispersés sur le tarmac. Heureusement tout le monde s’en est tiré sain et sauf.

L’accident en lui même n’apparait pas sur la vidéo, mais il semble avoir été particulièrement violent. La Lamborghini a subi des dommages sur les quatre roues, le pare-chocs avant et le pare-chocs arrière aussi. Plus inquiétant encore, le toit et le pare-brise ont également été endommagés, ce qui laisse supposer que la voiture à effectué des tonneaux. Il semblerait que le pilote de la Lambo ai tout simplement sous-estimé la distance de piste qu’il lui restait…

Résultats des courses : Une très rare Murcielago Edition Versace bonne pour aller à la casse. Seulement 20 unités ont été construites ; il en reste plus que 19…
Pour finir sur une note plus positive, les motos et surtout les hélicoptères sont sains et saufs. Nous voilà rassuré ! :)

Regardez la vidéo ci-dessous.

Conseils pour débuter en hélicoptère télécommandé

À la différence des pilotes expérimentés, les pilotes qui débutent éprouvent souvent du mal à trouver le modèle qui leur convient le mieux. Cet article va tenter de fournir des pistes pour ceux qui souhaitent que leur première expérience de pilotage soit une réussite.

Commencer par un appareil plus petit

Pour bien débuter en modélisme hélicoptère, l’apprenti pilote doit choisir un appareil qui convienne à son niveau de compétence. Ainsi, la taille de l’aéronef peut s’avérer déterminante. Un hélicoptère RC de classe 100, ce chiffre indiquant le diamètre du rotor, est conseillé pour faire ses premières armes. Cet appareil est plus facile à manier et peut évoluer dans un endroit pas forcément spacieux. Il est plus prudent d’opter pour une coque en plastique pour éviter d’abîmer votre nouveau protégé dès le premier usage. Vous verrez, les erreurs de manœuvre sont fréquentes lors de la première prise en main. Mais ne vous inquiétez pas, on est tous passé par là ! :)

Tenir compte de la puissance du moteur

Il est évident que pour votre initiation en aéromodélisme, il n’est pas nécessaire de mettre des sommes folles pour avoir le modèle le plus performant. En effet, mieux vaut choisir un modèle raisonnablement puissant pour faciliter l’apprentissage et les manœuvres et pour se faire la main sans transpirer à chaque atterrissage tumultueux. Puis rien ne vous empêchera par la suite d’expérimenter un modèle de la gamme supérieure. Pour ceux qui débutent dans cette discipline, nous recommandons vivement d’opter pour type de modèles RC appelé bi rotor ou un Pas fixe. L’appareil « Prêt à voler » ou « Ready to Fly » (RTF) convient également aux débutants. Livré avec tous les accessoires, celui-ci évite aux apprentis pilotes de s’embrouiller avec la mécanique.

Opter pour un hélicoptère facile à entretenir

Cette passion nécessite un investissement non négligeable. En effet, outre les dépenses d’acquisition de votre modèle, il faudra également que vous pensiez aux pièces et accessoires de rechange (pâles, batterie, etc.). Si vous débutez dans ce domaine, il est donc plus raisonnable pour vous d’acheter un hélicoptère de petite catégorie ou de catégorie intermédiaire, qui coûtent moins chers à l’entretien en attendant que vous deveniez un crack en pilotage et passiez au modèle haut de gamme.

Quel type de radio acheter pour son hélicoptère ?

Lorsque vous choisissez votre modèle d’hélicoptère RC, vos critères de sélections ne doivent pas se limiter aux spécificités de l’aéronef. La performance de la radiocommande doit aussi vous permettre de mieux « faire corps » avec votre protégé.

Opter pour une radio à haute fréquence

Les pilotes amateurs n’y verront certainement pas de différence, mais la performance de la télécommande influe sur le comportement du modèle durant le vol. Ainsi, il est primordial que vous puisiez à partir de la manette entrer en contact avec votre hélicoptère miniature. Le choix de votre radio doit donc dans un premier temps reposer sur les fréquences radio.

Lorsque vous évoluez au sein d’un club, les autres pilotes exploitent chacun une fréquence déterminée. Ainsi, si vous réglez votre télécommande sur une modulation déjà utilisée par un autre modélise, vous risquez de perdre le contrôle de votre hélicoptère. Il est donc conseillé de se servir d’un émetteur à six voies à même de capter les ondes sur la fréquence 2,4 GHz. Celle-ci peut prendre en charge une quarantaine d’utilisateurs sans risque d’interférence avec les autres pilotes aux alentours.

Privilégier la télécommande en Mode 2

Une fois que vous n’avez plus de souci concernant le risque de perdre le contrôle de votre hélicoptère miniature, vous devez penser à la manière de piloter votre petit hélicoptère. Vous devez savoir que selon les modèles de radiocommande, vous pouvez trouver quatre mondes de pilotage différents. Les modélistes appréhendent cette technicité selon leur niveau d’expérience et le confort de commande exigé.

Les professionnels de l’aéromodélisme hélicoptère estiment que le Mode 2 (Gaz à gauche) est plus pratique et c’est pour cela que 95 % des pilotes de modèles miniatures dans l’Hexagone l’utilisent. Pour un modèle à Pas fixe, la manette comportera sur dans sa partie gauche les fonctions Gaz/Pas et anti-couple. À droite, vous trouverez les commandes cyclique latérale et cyclique longitudinale.

D’où vient l’aéromodélisme ? Découvrez son histoire

L’aéromodélisme ne date pas d’hier puisque son origine remonte à 1870. Celui-ci a commencé à se développer véritablement à partir de 1909 après que de grands pilotes connus du monde entier se soient intéressés au pilotage d’avions miniatures.

La genèse l’aéromodélisme

Le premier avion en modèle réduit était un automoteur présenté en 1870 par Alphonse Penaud. Celui-ci a fabriqué une année plus tard son Planophore, l’aéronef qui a marqué le véritable début de l’aéromodélisme. La première compétition d’aéroplanes miniatures baptisée : Trophée Gordon Bennet s’est déroulée à Paris en 1909. La discipline a attiré les plus grands noms du monde aéronautique, en l’occurrence : Maurice Arnoux, Louis Paulman ou encore de Jules Vedrines. Les associations et les clubs ont également fait leur apparition.


Les disciplines d’aéromodélisme

Le pilotage d’avion miniature attire davantage de fans. Dans sa forme initiale, l’aéromodélisme consistait à effectuer un vol libre avec un planeur ou un modèle équipé d’un propulseur. Le vol circulaire fait par la suite son apparition. Cette discipline nécessite des appareils plus puissants poussés par un moteur thermique dans la majorité des cas. Ces modèles sont à même de réaliser des figures. Ces derniers peuvent aussi se livrer à des combats ou évoluer en équipe. L’aéromodélisme évolue et avec l’évolution de la technologie, les modèles sont désormais pilotés à l’aide d’une télécommande.

Les hélicoptères fascinent le monde de l’aéromodélisme

L’aéromodélisme a connu depuis ses débuts un essor considérable. Les amateurs de ce genre de loisir ne se sont pas cantonnés aux avions miniatures. Ils ont également intégré les modèles réduits d’hélicoptères dans les différentes disciplines. Ces appareils sont surtout connus dans les voltiges. Ces appareils réputés pour leur maniabilité ont conquis très rapidement les amateurs de ce genre de loisir. Les compétitions sont fréquentes et les participants ne cessent de croître en nombre. Pour trouver l’hélicoptère qui vous conviendra le mieux, il suffit de vous rendre dans la boutique du site Helicoptere RC 24 et vous trouverez les meilleurs modèles pour débuter ce loisir en toute sérénité.

Quelle différence entre un hélicoptère FP et un modèle CP ?

Il n’est pas facile pour une personne qui débute dans le modélisme de faire la distinction entre un hélicoptère à Pas fixe et un modèle CP. Ces indications peuvent vous aider à vous y retrouver.

L’Hélico FP est fait pour les débutants

L’hélicoptère FP ou Pas fixe est un modèle plutôt réservé aux pilotes débutants. L’engin est équipé d’un seul rotor et d’un anti-couple situé au bout de la queue. Pour cette catégorie d’appareil le changement d’altitude s’opère à augmentant ou en diminuant la vitesse de rotation du rotor. Cet aéronef reste cependant très vulnérable au vent du fait de l’incidence invariable de ces pales ce qui limite son utilisation dans des espaces intérieurs ou en extérieur, mais dans de conditions plus que clémentes.

Le modèle CP, le roi du modélisme

Si l’hélicoptère FP est conçu pour les pilotes peu exigeants, le modèle à Pas Variable est considéré comme l’aéronef préféré des modélistes expérimentés. La différence entre les deux catégories repose sur le fait que dans le CP, l’incidence des pales peut varier et cette modulation permet à l’appareil de résister au vent extérieur. Ainsi, l’aéronef peut amorcer une descente sans que le pilote soit obligé de baisser le régime du moteur alors que ceci n’est pas possible avec un Pas fixe. En plus, ce modèle est capable de réaliser de nombreuses figures.

Plus de précautions à prendre avec le modèle CP

Les passionnés de modélisme préfèrent donc pour leur majorité l’hélicoptère à Pas Variable. Seulement, ces appareils font courir plus de risque aux utilisateurs et au voisinage. En effet, avec un rotor qui tourne à plus de 1800 tours à la minute contre 600 tours/minute pour un FP, il est conseillé de s’éloigner le plus possible des pales. Il faut noter que plus la taille de l’aéronef augmente, plus la vigilance doit être accrue.