La loi et l’usage des drones

Terminé le temps où les drones servaient uniquement aux militaires pour la surveillance des zones de conflit. Aujourd’hui, on trouve des drones professionnels pour les photographes, les cinéastes et les agriculteurs ; et les drones de loisirs pour une utilisation personnelle. Comme on le sait tous, ces petits engins sont idéals pour prendre des photos en altitude. Les images captées n’ont pas d’égal ! Toutefois, bon nombre des utilisateurs ignorent encore les réglementations en vigueur concernant l’usage de ces appareils. Il existe quelques règles de bonne conduite à respecter pour pouvoir employer librement un drone.

La loi et l’usage des drones

Les règles d’usage des drones

S’il s’agit d’un drone de loisirs, il est juste utile de suivre certains points précis. Principalement, le drone doit voler à une hauteur inférieure à 150m, toujours sous le contrôle visuel du pilote, en dehors des espaces urbaines et des zones sensibles… Pour les prises de vues, elles sont uniquement autorisées dans un cadre privé, cela entend qu’il est interdit de survoler une propriété privée ou de prendre des photos d’individus sans leur autorisation. Dans le cas contraire, vous retrouverez à effectuer des clichés dans le domaine du privé, qui pourraient même être compromettants, ce qui constituerait une atteinte à la vie privée d’autrui. Si vous désirez effectuer des prises de vues dans un cadre professionnel, vous devrez remplir certaines formalités.

Les risques en cas d’infraction

Avant tout, sachez que le seul moyen d’échapper, en partie, aux restrictions d’usage des drones est de déclarer votre appareil comme professionnel. En d’autres termes, cela suppose que vous êtes détenteur d’un certificat d’aptitude théorique, et que vous utilisez un drone homologué. Inversement, vous risquez une saisie de l’appareil en tout et pour tout. Il est même possible que vous ne soyez obligé de payer une amende, et encouriez une peine de prison, selon la gravité de l’infraction.

Drone Fail : Comment perdre 1400 € en 5 secondes

Le drone est devenu en l’espace de quelques années le nouveau joujou à la mode. On ne jure plus que par lui, en partie grâce aux caméras de type Gopro qui ont ouvert de nouvelles possibilités : celle de pouvoir filmer des paysages sous un angle inédit, réaliser des prises de vue aériennes époustouflantes…

On a même tendance à oublier qu’un drone c’est avant un appareil qu’on achète pour le plaisir de piloter. Pour le manipuler, il faut donc savoir … piloter (bien sûr), surtout si l’appareil vous a couté cher (le prix d’un drone peut aller d’à peine 25 € jusqu’à 1400 € voire plus).

Découvrez dans cette vidéo comment une petite erreur de pilotage peut vous ruiner votre prise de vue, et plus grave encore vous flinguer votre matériel pour finir dans le décor.

 

 

En général, on n’a pas besoin d’être diplômé de l’aviation pour piloter un drone. C’est un appareil relativement facile à manier qu’on peut contrôler à distance avec une radiocommande ou à l’aide d’un simple smartphone ou tablette.

Allez, on va se dire que les pilotes malheureux des drones de cette vidéo sont peut-être victimes d’un problème technique, comme la perte de la connexion. Le pilotage depuis un smartphone s’avère en fait très imprécis et donc beaucoup plus difficile, et la portée Wi-Fi est limitée à moins de 70 mètres.

Défaut de concentration, maladresse du pilote, mauvais calcul de la trajectoire (en cas de pilotage automatique), le drone ne semble pas si facile à contrôler que ça finalement. La preuve en images. Crash en tout genre, électrocution, perte d’équilibre… un vrai bêtisier. Pas sûr que les propriétaires aient envie de rigoler par contre !

Guerre contre les drones : des munitions anti-drone en vente aux Etats-Unis

L’engouement pour ces super gadgets devenus de plus en plus performants est tel qu’aujourd’hui, une société américaine a trouvé une autre manière de s’enrichir dans cette filière, mais en se mettant au service de la partie adverse.

Filmer des scènes insolites depuis un drone, c’est très marrant c’est sûr ! Mais ça l’est beaucoup moins pour les personnes épiées malgré elles. Il faut dire qu’avec la démocratisation de ces appareils, on a beaucoup moins envie de se balader topless à la maison, ni de se livrer à quelques ébats amoureux dans la pelouse du jardin de peur de se faire voler notre intimité, surtout si on est une star californienne ou un personnage public. Beaucoup de gens détestent les drones de ce fait (il faut bien avouer que certains, mais pas tous, s’en servent à des fins pas très louables).

Y ayant flairé un bon filon, la société américaine Snake River Shooting Products a décidé de commercialiser… des munitions anti-drone. Elle propose tout simplement à ses clients de flinguer ces engins volants si jamais ils venaient à s’aventurer dans leur propriété privée. Ne vous réjouissez pas trop vite, les chances que ces munitions arrivent en France sont assez minces. Cette société a le droit de commercialiser ces munitions spéciales aux Etats-Unis en vertu du deuxième amendement de la constitution américaine.

Au pays de Barack Obama, on aurait donc le droit d’abattre tout engin qui survolerait de trop près sa propriété en invoquant le respect de la vie privée. Les propriétaires de drone ont donc intérêt à ne pas trop ennuyer les voisins. De quoi devenir paranoïaque !

Le packaging des munitions décrit une scène apocalyptique avec une invasion de drones à vous glacer le sang, et comporte une injonction en lettres capitales « Préparez-vous pour l’apocalypse des drones ». On se croirait dans Star Wars.