Test de drones : lequel filme les meilleures vidéos ?

Rien ne pourra plus nous surprendre devant l’évolution spectaculaire des drones. On aura décidément tout vu ! On lit partout ailleurs que les meilleures vidéos sont filmées au moyen des drones. Reste à savoir comment reconnaître celui qui filme le mieux !  Nous avons fait le test à votre place en comparant quatre drones dédiés à cette fonction, malgré qu’ils ne soient pas à la portée de tous les utilisateurs. Spécialement conçus pour filmer, les drones concernés agissent comme des caméras volantes et remplissent merveilleusement bien leurs fonctions. Capables de s’élever dans les airs jusqu’à une hauteur de 100 mètres au-dessus du sol, ils se déplacent facilement à une vitesse de 50 km/h. A l’aide de leurs bras motorisés, ils procurent les meilleurs cadrages avec des images très stables et un affichage en direct sur notre smartphone. Alors, tenez-vous bien, le défi est lancé avec 4 drones en compétition.

Le Bebop du fabricant français Parrot est un drone poids plume qui coûte la bagatelle de 450 euros. Ses deux principaux rivaux sont notamment ceux de Xiro et DJI qui sont des drones chinois coûtant deux fois plus chers. A cela, nous avons rajouté le drone haut de gamme de l’américain 3DR de 1 300 euros pour apporter plus de piment au défi.  A qui revient la victoire ?

A l’issue du test que nous avons effectué, le DJI Phantom Standard a remporté de très loin la compétition grâce à son excellent rapport qualité-prix. Il est d’autant plus fiable que ses pairs avec notamment une qualité d’image remarquable. Face à ses performances, le Xplorer de Xiro et celui de 3DR  ont eu toutes les peines du monde à justifier leur écart de prix. Le Bebop de Parrot quant à lui a ravi la 2e place avec un prix plus abordable et l’avantage d’être le seul à pouvoir voler correctement à l’intérieur d’une maison. Le seul bémol  est qu’il s’est montré moins performant et moins fiable que ses concurrents.

Tout ça c’est bien beau mais avant de foncer tête baissée dans l’achat de ce genre de drone, il faut savoir que ce ne sont pas des jouets. Leur pilotage demande une véritable dextérité et le risque de les détruire dès le décollage ou de blesser existe bel et bien. Toutefois, l’exacte fiabilité sur ce genre d’appareils n’est pas toujours au rendez-vous. Voilà pourquoi la prudence est de mise.

Nouveau concept chez les drones

Toujours au cœur de nombreux projets et innovations technologiques, les drones ne cessent de faire parler d’eux. Devenu depuis quelques années, l’objet culte de milliers de passionnés dans le monde, le drone on l’aura compris, ne remplit pas que des fonctions militaires et utilitaires. Il a dépassé sur plusieurs longueurs déjà, les jeux vidéo et les robots aux fonctions intelligentes et interactives.

En développant un nouveau concept, le projet Laser Drone plaira à coup sûr aux férus de laser Game et de Paintball, qui en feront leur nouvelle passion. En effet, les drones concernés se verront équipés de fusils pour rendre encore plus excitant, un simple combat de laser. Ce projet donnera une nouvelle dimension au classique jeu de tir, qui notons-le au passage, se pratique en outdoor.

La partie mettra en compétition deux équipes formées de soldats armés de fusils laser, mais aussi de drones pilotés par d’autres joueurs. Au cours du combat, les soldats pourront tirer sur les drones et les drones pourront tirer sur les soldats adverses. Un soldat touché est immobilisé pendant un délai de 30 secondes tandis qu’un drone touché ou à cours de batterie retourne automatiquement à sa base. L’objectif des joueurs peut varier d’une partie à une autre : capture de drapeau, prise de territoire ou bien d’autres missions à définir au préalable. Chaque membre d’une équipe quant à lui, aura un rôle et des pouvoirs bien déterminés.

Les drones utilisés disposeront d’un GPS et d’une configuration à quatre hélices. A l’aide d’une manette, le pilote pourra le commander avec une très grande facilité. Il disposera par ailleurs, d’un retour vidéo sur des lunettes FPV, provenant d’une caméra GoPro. De quoi vivre un savoureux mélange de jeu vidéo, de pilotage, de paintball et de laser Game avec à la clé, une forte montée d’adrénaline ! Qui dit mieux ?

Les limites et dangers des drones : ce qu’il faut savoir

Les drones n’ont pas fini de nous surprendre en enchaînant exploits et nouvelles fonctionnalités. Ils font chaque année de plus en plus d’adeptes et remportent à chaque fois, un franc succès. Il faut savoir qu’au-delà de leur perfection, ces petits bijoux de la technologie, comme on aime les appeler,  ont aussi leurs limites et leur utilisation peut dans certains cas, s’avérer dangereuse.

Bien qu’en vente un peu partout, les drones sont soumis à certaines réglementations. Il faut savoir au préalable qu’il existe deux catégories d’utilisateurs de drones. D’une part, nous avons la catégorie des utilisateurs lambda qui intègrent les drones dans leurs loisirs favoris et d’autre part, celle des professionnels. Si monsieur tout le monde n’a pas besoin d’autorisation pour utiliser un drone, le professionnel lui, a par contre besoin d’un brevet de pilote de type ULM reconnu par la direction générale de l’aviation civile avant de pouvoir piloter son drone. Par ailleurs, son engin doit obligatoirement porter une plaque d’immatriculation.

Quoiqu’il en soit, vous devez observer certaines règles et précautions lorsque vous utilisez un drone. En faisant voler un drone dans les airs, vous occupez l’espace aérien qui en passant, ne vous appartient pas. Votre engin ne doit en aucun cas disparaître de votre champ de vision. Veillez à ne pas survoler les personnes et respecter les hauteurs maximales de vol. L’utiliser à proximité des aérodromes est strictement interdit. Vous ne devez pas non plus l’utiliser la nuit ou le faire survoler des sites sensibles ou protégés. Il faut également respecter la vie privée des autres et ne pas diffuser des prises de vues sans l’accord des personnes concernées et encore moins en faire une utilisation commerciale.

L’idée de faire voler votre drone en pleine montagne vous paraît excitant ? Attention, ça peut être très dangereux notamment si vous pensez filmer une superbe descente en ski ou en snowboard. En tant que robot aveugle, votre drone n’est pas à l’abri d’une perte de signal GPS entre deux montagnes. De plus, le froid tue les batteries. Votre drone risque tout simplement de s’arrêter en plein vol et de retomber sur quelqu’un s’il est à cours d’énergie, mis à part le fait qu’il est particulièrement sensible au vent. Alors, prudence !

Naviator : un drone polyvalent qui a tout pour plaire

Quelle idée de génie que de concevoir un drone capable d’évoluer aussi bien dans les airs que sous l’eau ! Le drone Naviator qui est un véritable  bijou de la technologie, assure comme un grand. Ce quadcopter, bien qu’encore au stade de prototype, est  déjà tout à fait opérationnel. Mis au point par les chercheurs de l’université de Rutgers dans le New Jersey,  il  possède cette particularité de garder sa forme originale dans ses fonctions aériennes et immersives.

Pourquoi un drone polyvalent ? Tout simplement parce qu’en l’utilisant, on fait d’une pierre deux coups et c’est très bien comme ça ! Les férus de drones vous le confirmeront : les drones polyvalents  sont voués à un très bel avenir. Dans le cas précis du Naviator, il peut se révéler utile afin de contrôler des ponts, mais aussi à inspecter des plateformes pétrolières. Bref, il a tout pour plaire et offre de nombreuses possibilités. Ce qui est un sacré avantage dans le domaine de la compétitivité! Pour l’instant, sa capacité de charge est quasiment inexistante et il a besoin d’un câble pour assurer la liaison des signaux radio sous l’eau, mais déjà pour lui, le meilleur est à venir avec l’équipement imminent d’une caméra et d’un capteur sonar… de quoi rendre plus d’un jaloux !