Blue Jay, le drone serveur de cocktail

Serveur, faites place à la concurrence ! Des étudiants de l’université technologique d’Eindhoven songent à vous remplacer par des drones. Oui, le Blue Jay deviendra bientôt un domestique à temps plein.

Son nom représente le génie à l’état pur ! Blue Jay est le patronyme d’un oiseau qui est étonnamment intelligent pour sa petite taille. Avec son air de soucoupe, ce drone domestique est deux fois plus rapide que les garçons de table. Cerise sur le gâteau, il ne sera plus nécessaire d’attendre une heure pour pouvoir commander.

                                                              © Crédit photo : Pixabay 

Le Blue Jay est entièrement autonome, il est inutile de le diriger. Il circulera comme un grand entre les tables et veillera aux besoins des clients. Ces derniers n’auront qu’à sélectionner la boisson de leur choix sur la carte et le Blue Jay transfèrera la commande au Bar. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, un autre de ses collègues volants viendra apporter la boisson commandée grâce à ses pinces très pratiques.

Cet engin est capable de se diriger sans heurter ses petits compagnons. Il est doté de capteurs perfectionnés qui l’aident à éviter les obstacles. Et en cas d’accident, il ne sentira rien puisqu’il est aussi recouvert d’une coque robuste pour le protéger.

Le projet du drone domestique est en bonne voie. Les premiers tests ont été réalisés dans un petit café improvisé, au moment du fameux « Dream & Dare Festival », en Hollande.

Mais rassurez-vous messieurs les serveurs, vous aurez suffisamment de temps avant de penser à changer de métier : le Blue Jay est encore trop coûteux pour servir uniquement de garçon de tables. Il faudra compter 2000 euros pour en avoir un chez soi ou dans son restaurant.

Drone Helper, un drone « secouriste »

Si vous avez choisi Biscarosse pour vos vacances d’été, vous aurez sûrement l’occasion de voir un nouveau camarade volant sillonner les plages : le Drone Helper. Petit mais très utile, ce drone survolera la plage Nord de la ville du 20 juillet au 22 août 2016 pour intervenir rapidement en cas de victime en mer : nageur en difficulté, surfeur tombé à l’eau…

© Crédit Photo : Simon Jardine (https://www.flickr.com/people/sidkites/)

Le Drone Helper, acronyme de « Human Environment and Life Protection Emergency Respons », fera partie des drones qui vont révolutionner votre vie quotidienne. Plus qu’un simple joujou, il a été conçu pour étoffer l’équipe de sauvetage en mer à Biscarosse. Les premières simulations ont déjà permis de mettre en évidence sa rapidité à rejoindre la victime. Ce facteur est décisif car en situation de noyade, chaque seconde compte.

Ce drone peut atteindre une vitesse impressionnante de 15 mètres par seconde, soit une vitesse de 60 km par heure. Durant les tests, le Drone Helper n’a mis que 30 secondes pour arriver jusqu’à la victime, contre 40 secondes pour un secouriste qui se déplace en jet-ski.

Sa mission est de larguer une bouée de sauvetage pour maintenir la victime hors de l’eau jusqu’à l’arrivée du secouriste. Le Drone Helper reste ensuite en mode « vol stationnaire » pour permettre au sauveteur de repérer facilement la victime. Il est aussi doté de GPS qui permet à l’hélicoptère de localiser sa position. Sa caméra thermique sera également d’une aide précieuse pour l’équipe de sauvetage, car cela permettra d’apprécier l’état de la victime.

Un drone éclaireur pour une voiture autonome

Le constructeur Ford est actuellement en train de réfléchir sérieusement sur la conception d’un drone éclaireur pour ses futures voitures. Cet appareil pourra guider une voiture autonome en lui donnant le maximum d’informations sur les éventuels obstacles présents sur son itinéraire.

Il faut dire que les voitures autonomes sont déjà à la pointe de la technologie avec son système d’arrêt immédiat en situation d’urgence. Ils sont toutefois incapables de prévenir les problèmes en amont, des soucis auxquels nous faisons face tous les jours : bouchon, route fermée, travaux, accidents…

Ce projet futuriste consiste à équiper les voitures d’un drone éclaireur qui transmettra en temps réel les infos sur les éventuels dangers. En plus d’anticiper les obstacles, il permettra aussi d’améliorer les performances des automobiles.

Il reste tout de même quelques soucis à résoudre, comme l’autonomie des drones, qui sont de 20 minutes en moyenne, ou encore leur stabilité. Dans un véhicule en mouvement, faire décoller un drone reste un parcours du combattant. Il ne faut pas non plus oublier les problèmes législatifs : rappelons qu’il est encore interdit de faire voler un drone au-dessus d’une autoroute ou en zone urbaine.

Ford n’est pas le premier à avoir pensé à ces drones éclaireurs. Rinspeed avait déjà présenté un projet similaire, nommé « Etos ». Renault avait également prévu un compagnon de vol pour sa Citadine Kwid. Le futur se dessine petit à petit et, à ce rythme, les drones feront bientôt partie de nos quotidiens…

Découvrez le premier drone tout-terrain : B-unstoppable

Rouler ou voler ? Avec le premier drone hybride B-Unstoppable, vous aurez maintenant le choix ! Il s’agit d’un appareil capable d’évoluer rapidement et facilement aussi bien sur le sol que dans les airs. Equipé d’une caméra HD de 1280 x 720, il vous permettra de capturer des images nettes en vol en immersion. Ce drôle de drone peut également tourner sur lui-même et capturer des images ou vidéos sur 360°.

Le drone tout-terrain B-Unstoppable a été créé par Witold Mielniczek, un jeune adepte de drone. Avec son design combinant l’aspect d’un tank miniature et celui d’un quadricoptère, ce drone unique épatera plus d’un.

B-Unstoppable dispose de chenilles lui permettant de franchir de petits obstacles. Vous pouvez l’emmener faire un tour en bas de vos escaliers ou encore dans les chemins accidentés de la campagne. L’obstacle devient trop imposant ? Pas de problème, déclenchez le mode vol et la machine se comportera comme un drone ordinaire.

Le drône ne pèse que 84 g et dispose d’une batterie rechargeable de 900 mAh. Son autonomie est de 9 minutes dans les airs et de 18 minutes au sol. Il est même doté de feux avant et arrière qui permettent à son pilote de le localiser facilement en conduite nocturne. Seul hic, il se contrôle uniquement par télécommande et non à l’aide d’une application sur Smartphone.
Pour financer son projet, le concepteur londonien a lancé une page Kickstarter. Il a d’ailleurs déjà récolté 18 645 £ sur les 49 000 £ nécessaires au lancement de la production. Il ne reste plus qu’à attendre sa commercialisation !

Drone Ehang 184, transporter un passager est maintenant possible

Les Chinois sont vraiment en avance dans le monde de la technologie ! La preuve, l’entreprise Ehang a pu construire le premier drone gros gabarit, capable d’accueillir un passager, un scénario qui était jusque-là réservé aux films de science-fiction.

Ce modèle est d’autant plus impressionnant vu qu’il est entièrement autonome. Il ne nécessite aucun pilote, il suffit de saisir un itinéraire de vol sur la tablette numérique intégrée et le drone se déplacera tout seul : décollage et atterrissage inclus.

 

                                                                        © Crédit photo : Flickr

Ce drone de 200 Kg a été conçu pour transporter un passager de moins de 100 Kg. Il peut atteindre une vitesse de pointe de 100 Km/h en vol. Un peu plus et on se retrouverait dans la prochaine saga de la guerre des étoiles.

Le seul hic, c’est que l’Ehang 184 ne permet pas encore de voyager d’une ville à une autre. Son moteur de 106 KW provoque une décharge rapide de la batterie réduisant sa durée maximale de vol à 23 minutes. Mais rassurez-vous, l’entreprise Ehang est en train de chercher une solution pour pallier à ce problème.

Nous pouvons déjà nous projeter dans le futur avec le drone Ehang 184. Cet appareil servira efficacement dans plusieurs domaines, en tant que voiture volante ou comme taxi autonome. Il pourra aussi être utilisé dans le transport d’équipements ou pour la livraison de colis postaux. Les premiers tests sur un prototype ont déjà été lancés aux Etats-Unis, dans le Nevada.

Le laboratoire Lung Biotechnology est déjà prêt à investir dans ces drones à gros gabarit. Selon Lung Biotechnology, ces modèles seraient parfaits pour le transport des organes artificiels vers les hôpitaux.

Voilà un drone qui n’a pas fini de faire parler de lui…