Un OVNI personnel ça vous dirait ?

Si comme Jasper van Loenen vous êtes bricoleur dans l’âme et avez de l’imagination, vous pouvez transformer n’importe quel objet ou presque en un drone télécommandé ! Avec sa malette DIY, pour Drone It Yourself, vous disposez ainsi de 4 hélices, d’une batterie a installer sur l’objet à faire voler ainsi que d’une télécommande pour piloter votre OVNI personnel. Les fixations ont été réalisé à partir d’une imprimante 3D. Plutôt sympa ! :)

Le petit hélico sauvé par le Lion de Waterloo

C’est l’histoire insolite d’un petit hélicoptère télécommandé qui s’est échoué par entre les pattes du Lion de Waterloo. Destinée à de la prise de photographie aérienne, l’appareil a vu sa réception coupé nette alors qu’il était en plein vol a proximité de l’édifice. Le pilote souhaitait effectuer un passage aérien entre les pattes du lion tout en filmant son vol. Malheureusement pour lui, la masse métallique de l’édifice a produit un phénomène qu’on appelle « cage de Faraday », qui a eu pour conséquence immédiate d’interrompre la liaison entre la télécommande et l’hélicoptère. Résultat, le petit hélico n’a pas pu accomplir sa mission et a du faire un atterrissage d’urgence entre les pattes du roi de la savane, qui lui ont tout de même évité de faire une chute en contre bas de plusieurs mètres. Impossible néanmoins pour l’appareil de redécoller, les pompiers belges ont dû envoyer une équipe de sauvetage pour le récupérer et le rendre à l’heureux propriétaire. Tout est bien qui finit bien !

Nano-drones : Une menace réelle pour la vie privée ?

Les nano-drones ne sont plus désormais réservés aux seuls usages militaires ou pour embellir les films de science-fiction. En plus de leur fonction anti-incendie et de dispositif de surveillance, ces joujoux aux allures futuristes sont également très convoités par le grand public pour leur côté « accessoires de loisir ». Il reste tout de même un problème, l’atteinte à la vie privée des gens. En effet, les modèles les plus récents sont équipés d’un tas de fonctionnalités, devenant en bien des points de véritables gadgets d’espionnage. Caméra intégrée, système de géo-référencement, enregistreur sonore, les options se multiplient. Dans un communiqué en date du 30 octobre dernier, la CNIL disait être très inquiète de cette situation.

Des sanctions peuvent s’appliquer

L’usage des nano-drones dans la vie courante est d’autant plus problématique que la législation concernant ces appareils n’est pas assez claire. D’après l’article 2 d’un arrêté ministériel publié le 11 avril dernier, règlementant les drones de loisirs, un aéronef télécommandé évolue « en vue » s’il vole à la portée de la vue du téle-pilote. Si tel n’est pas le cas, l’appareil est dit évoluer « hors vue ». En d’autres termes, les pilotes d’aéronefs doivent maîtriser leur appareil, et seront tenus pour responsables en cas d’accident, note la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Ainsi, tous usages anormaux du dispositif sont passibles d’une sanction, en fonction de l’importance des dégâts engendrés. Si le drone a heurté un passant, une poursuite pénale peut être enclenchée sans plainte de la victime. Les drones à usage professionnel, en revanche, ne sont pas soumis aux mêmes réglementations que les drones de loisir.

Difficiles à détecter

Les appareils équipés d’une caméra posent vraiment problème, a fait remarquer Daniel Warfman de Trigion Sécurité. Aucun souci n’est à se faire si l’utilisateur se contente de filmer son jardin ou les alentours de son habitation. Si l’appareil est utilisé dans le but d’espionner le voisinage par contre, le délit est grave et inadmissible, souligne-t-il. Mais il s’avère que contrôler ces personnes mal intentionnées est encore très difficile. L’on assiste actuellement à un scénario similaire aux anti-radars qui sont également commercialisés sur le marché grand public, toujours selon M. Warfman. La sanction s’est limitée aux personnes surprises en pleine utilisation de ce type de dispositif. Pour leur part, les drones ne s’apparentent en rien aux installations fixes que l’on peut aisément surveiller, d’autant plus qu’il est possible de pirater le réseau de transmission de données.

Respecter les droits d’autrui

Dès lors que les données enregistrées à savoir une vidéo, une photo ou un son permettent à l’identification d’une personne, l’on entre dans le cadre de la loi dite « Informatique et libertés ». Cette législation met l’accent sur l’importance du consentement de la personne en question, nous explique Sophie Nerbonne, directrice adjointe des affaires juridiques internationales et de l’expertise à la Cnil. Cette loi est effective dès que les informations enregistrées sont visionnées à l’aide d’un dispositif de lecture numérique tel qu’un ordinateur ou un Smartphone par exemple. Ce qui ne veut pas dire que jouer au drone est illégal, mais un minimum de règles doit être respecté, poursuit-elle. Le cadre éthique du numérique veut que la manipulation de l’appareil se fasse dans le respect des droits d’autrui, notamment les personnes ayant été filmées ou photographiées, conclut-elle.

Et l’avocat Guillaume Desgens-Pasanau de rajouter que l’utilisation d’un drone Parrot ne requiert pas l’obtention d’une autorisation validée par la Cnil. Reste que le pilote doit respecter à la lettre les dispositions de l’arrêté du 11 avril 2012. Il doit également faire preuve de moralité en respectant l’intimité des autres personnes, où qu’elles soient. S’il veut garder les images ou les vidéos enregistrées, un consentement de la personne concernée est nécessaire selon l’article 9 du Code civil. Si un contentieux est engagé, le juge aura la dernière parole.

Promouvoir la culture Informatique et libertés

La lacune du cadre juridique peut être complétée par un dialogue entre les différentes parties prenantes. C’est pourquoi la Cnil a décidé de se rapprocher davantage des industriels opérant sur le marché des drones. L’organisme se montre très inquiet surtout à l’égard des produits embarquant une micro-caméra, précisant qu’une phase de discussion a été engagée avec des professionnels du secteur. Le but est de promouvoir la culture « Informatique et libertés » en ayant recours au concept « privacy by design », précise Sophie Nerbonne. L’idée d’un système de masquage systématique des personnes pourrait bien marcher afin de conserver l’anonymat des individus filmés, conclut-elle.
En attendant, gardons les yeux ouverts! :)

Peace Drone : pourquoi être violent quand on peut-être… hilarant ?

C’est la proposition qu’a faite sur son site l’artiste Axel Brechensbauer au gouvernement américain. Il lui préconise d’abandonner l’utilisation de ses drones de combat au profit de son « Peace Drone ». Un aéronef avec un visage de clown et qui aspergerait les ennemies des États-Unis avec du protoxyde d’azote (plus connu sous le nom du gaz hilarant) !

Killing foreign people with predator drones is history. Let me introduce the peace drone.
Hovering over hostile settlements or cities playing loud clown music, smiling around and delivering clouds of oxycontin. A beautiful American drug described as a pharmaceutical grade heroin.

Happy people are better than dead people and best of all, they will be addicted to you!

Effectivement, comme le souligne l’artiste, des gens heureux valent mieux que des gens morts.
Il suffisait d’y penser, bien vu Alex ! :)

Course Lamborghini VS T-Rex 700 : Attention aux dégâts !

Une Lamborghini Murcielago Edition Versace a récemment pris part à une course avec deux hélicoptères télécommandés T-Rex 700 et deux Suzuki GSX-R1000. Malheureusement, avant que le tournage de la vidéo n’est pu être terminée, le conducteur de la Lamborghini Murcielago a perdu le contrôle de sa voiture et l’a complètement ruiné.

Il faut dire que cette journée qui s’annonçait particulièrement excitante ne s’est pas déroulé exactement comme prévue. Et c’est le moins qu’on puisse dire!

Voilà le topo : Align, célèbre constructeur chinois d’hélicoptères, avait organisé l’enregistrement d’une vidéo promotionnelle pour voir si un de ses hélicoptères phares était plus rapide qu’une Lamborghini Murcielago Edition Versace et une paire de motos grosses cylindrés. Pour tester cette théorie, la puissante Lamborghini, défiait deux T-Rex 700 et deux Suzuki GSX-R1000.

La vidéo montre plusieurs essais avant que la vidéo ne soit interrompue pour revenir avec une triste scène de la Lambo (ou ce qu’il en reste) étalée dans l’herbe avec des pièces de carbone dispersés sur le tarmac. Heureusement tout le monde s’en est tiré sain et sauf.

L’accident en lui même n’apparait pas sur la vidéo, mais il semble avoir été particulièrement violent. La Lamborghini a subi des dommages sur les quatre roues, le pare-chocs avant et le pare-chocs arrière aussi. Plus inquiétant encore, le toit et le pare-brise ont également été endommagés, ce qui laisse supposer que la voiture à effectué des tonneaux. Il semblerait que le pilote de la Lambo ai tout simplement sous-estimé la distance de piste qu’il lui restait…

Résultats des courses : Une très rare Murcielago Edition Versace bonne pour aller à la casse. Seulement 20 unités ont été construites ; il en reste plus que 19…
Pour finir sur une note plus positive, les motos et surtout les hélicoptères sont sains et saufs. Nous voilà rassuré ! :)

Regardez la vidéo ci-dessous.

New-York bientôt sous surveillance de drones télécommandés ?

Ils sont déjà utilisés dans les zones de guerre pour des missions de surveillance et de frappes militaires. Mais de là à imaginer des drones circulant dans les air, zigzagant entre les grattes ciel de New-York, pour garder un œil sur les habitants de la grande pomme…


Et pourtant, si on leur demande, de plus en plus de New-yorkais pensent que c’est pour bientôt !
Les drones sont des avions sans pilote qui peuvent voler à basse altitude et filmer des vidéos en direct – ou tirer de véritables missiles…

Des caméras de surveillance parsèment déjà les rues de la ville, mais la police de New-York étudie t-elle sérieusement l’utilisation de tels drones ? Certains éléments pointe dans cette direction.

Un détective de la division du contre-terrorisme NYPD, aurait fait une demande pour l’utilisation des drones comme outil d’application de la loi.

Des drones de surveillance sont déjà utilisés dans certaines autres villes. Lors d’un énorme mouvement de protestations en Pologne il y a quelques mois, un petit drone survolait la foule et la police.

Les caméras à haute résolution embarquées à bord de ces drones permet en effet de capturer et d’enregistrer tous les détails, y compris les visages et les plaques d’immatriculation. A Miami et dans plusieurs villes du Texas il y déjà des expériences du même type qui sont en cours.

«Nous sommes toujours à la recherche de nouvelle technologie permettant de protéger le grand publique», a déclaré le porte-parole de la police de New-York Paul Browne. Et de poursuivre : « Les drones sont de plus en plus répandus. On peut même en acheter sur internet » (sic!). :)

Mais certains sont préoccupés par l’intrusion de la vie privée. Le mois dernier, un rapport a été publie, citant la croissance de l’utilisation de tels drones et de l’absence de lois qui protègent les citoyens contre les intrusions dans l’air.

La simple perspective que la ville de New-York pourrait considérer l’utilisation de drones de surveillance a amené un habitant de la ville a placarder des affiches, à l’aspect très officiel, dans toute la ville.

Sur certaines on peut lire «Attention, zone susceptible à l’attaque de drone. »

Sur une autre « Lois locales appliquées par drone. »


Compte tenu de l’utilisation toujours plus importante de la ville dans les nouvelles technologies pour garder une longueur d’avance sur les « terroristes », les experts en sécurité affirment qu´ils seraient très surpris si la ville ne continuaient pas dans sa politique de surveillance par drones radiocommandés.

Selon le un journal local, ces fausses pancartes d’avertissement ont été misent en place par un vétéran de la guerre en Irak qui a dirigé lui-même des drones télécommandé de l’armée durant la guerre.

Alors, des hélicos radiocommandés au quai d’Orsay pour surveiller le ciel de Paris, c’est pour quand ? :)

Quand la Chine surveille les achats d’hélicoptères télécommandés

Drôle de nouvelle que nous apprenons de la part de nos amis chinois. Les magasins de modélisme ont en effet reçu pour curieuse consigne de la part des autorités chinoises de répertorier les tous noms des acheteurs d’hélicoptères télécommandés.

La raison : le 18ème congrès du Parti Communiste qui aura lieu prochainement.

Certaines boutiques spécialisées ont même reçu injonction de tout simplement suspendre la vente de certains modèles de modélisme. Les autorités mettent les bouchés doubles pour sécurité l’évènement et craignent en effet que certains petits malins utilisent leur hélicoptère pour y fixer un quelconque objet (caméra ou autre) et l’utilise à des mauvaises fins.

C’est en effet assez facile pour certains modèles tel que cet hélicoptère géant d’y fixer une caméra et de l’envoyer à 30 mètres de haut pour filmer ses voisins ou des zones sécurisés non-accessibles par voies terrestres.

Mais enfin bon, de là à instaurer des interdictions de vente de jouets (car il s’agit avant tout de cela, des jouets) il y a quand même un pas à franchir que seuls nos amis asiatiques sont capables de franchir en toute décontraction.

Fini les crashs grâce à ce modèle indestructible!

Quel plaisir que de piloter un hélicoptère radiocommandé pour se détendre. Malheureusement nous ne sommes pas tous des experts et malgré la résistance des modèles, un hélicoptère reste fragile et après son 4ème ou 5ème crash, il a déjà quelques fois sacrément souffert.

La célèbre marque japonaise Kyosho a trouvé la parade! L’idée est simple comme bonjour mais encore fallait-il y penser : fixer une ossature ovale tout autour de l’hélico afin de le protéger des chocs ! helico résistant et indestructibleCette idée insolite à également l’avantage de stabiliser l’hélicoptère durant le vol, et ceux qui ont l’habitude de pratiquer l’aéromodélisme y verront l’énorme plus-value. L’hélico est certes moins sexy dans sa carapace mais la durabilité du jouet est incomparable. Il dispose également d’une fonction qui lui permet, si il est amener à rouler au sol, à se remettre automatiquement dans le bon sens afin de pouvoir redécoller immédiatement. Autant dire qu’il présente de nombreux avantages.

Même si sa commercialisation ne fait que débuter au Japon, l’équipe d’Helicoptere RC 24 est déjà sur le qui vive pour être les premiers à vous le proposer lorsque le lancement européen aura lieu.

En attendant sa sortie, il nous reste plus qu’à nous perfectionner à la bonne vieille méthode, peut-être pas la plus économique mais qui restera paradoxalement la plus excitante, justement dû au fait que l’hélico risque sa courte vie à chaque sortie. D’ailleurs, profitons-en pour avoir une petite pensée pour tous nos hélicoptères qui ont péri en mission… Amen ! :)

Plus petit drone au monde : Le LadyBird débarque !

On l’attendait tous impatiemment, le voici enfin sortie des usines de constructeur Walkera. Avec ses 10 cm sur 10 cm, le drone RC LadyBird est tout simplement le plus petit drone télécommandé au monde. Il est incroyablement maniable et dispose de part son système de quadri-hélices d’une stabilité remarquable.

Comme vous allez pouvoir le constater dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez le piloter avez une aisance impressionnante. Il est également très résistant et pourra repartir après des atterrissages délicats.

Pour tout ceux qui souhaitent un modèle originale, hyper réactif et très facile à manœuvrer, ce modèle est fait pour vous. Vous allez tout simplement vous éclatez avec! Attention quand même ne pas trop espionner les voisins ;)

Supercopter : Dernier décollage pour Dominic Santini

Ernest Borgnine, alias Dominic Santini, tire sa révérence. Il est décédé dimanche à l’âge 95 ans. Il était depuis sa plus jeune enfance passionné par les hélicoptères et a notamment acquis de nombreux hélicoptères télécommandés au cours de sa vie comme certains de ces modèles dont il raffolait : Magasin Helicoptere RC 24

Borgnine, s’était notamment fait aimer de toute une génération grâce à son rôle dans la série culte Supercopter (Airwolf de son nom original). Il s’agissait d’un hélicoptère militaire ultra sophistiqué qui était piloter par son ami Hawke et qui disposait d’une technologie unique pour réussir ses missions toutes plus périlleuses les unes que les autres. Nous allons d’ailleurs bientôt pouvoir vous proposer sur le site les répliques des hélicoptères d’aujourd’hui Eurocopter, qui s’en rapprochent grandement.

SupercopterSur thèmes de guerre froide et d’intrigues d’espionnage, la série a compté 55 épisodes sur la chaîne CBS entre 1984 et 1986 et est devenu une référence, avec Borgnine jouant le rôle de Dominic Santini, le propriétaire de Santini Air.

Souvenirs, souvenirs…

Il a également joué dans de nombreuses autres séries et films qui lui ont auront notamment valu un Oscar pour meilleur acteur en 1955 et un Golden Globe.

Bon vol, et adieu l’artiste !

 

 

Accédez au Magasin HELICOPTERE RC 24 >>>>