Que vaut réellement un quadricoptère ?

Différent d’un hélicoptère rc classique, le quadricoptère ou quadcoptère attise la curiosité des débutants comme des cracs de l’aéromodélisme. Pourquoi un tel engouement ?

A conception atypique, comportement différent

Apparu sur le marché depuis quelques années, le quadricoptère reste à ce jour un appareil d’aéromodélisme très recherché. Son design atypique n’est sans doute pas étranger à ce succès. S’inspirant fortement des engins volants tout droit sortis de romans de fiction, le « quadcopter » séduit par ses quatre rotors installés sur les extrémités de deux bras métalliques – ou en matériau polymère – orthogonaux.

Les quatre hélices sont mues par un moteur central unique, dont l’énergie rotative se transmet aux rotors via des canaux de transmissions placés le long des bras supports. Le reste du circuit ressemble à celui d’un hélicoptère radiocommandé classique : terminal de commande, accus, gyroscope, etc. La structure même du quadricoptère influe sur le comportement en vol de l’appareil.

La stabilité et la puissance en plus

Les quatre rotors de sustentation dotent le quadcopter d’une surface alaire plus conséquente, lui accordant en conséquence une portance accrue. Cette spécificité facilite aisément les phases ascendantes ou descendantes lors du pilotage. Très peu de modèles atteignent le niveau de performances d’un quadcopter sur ce point.

La force des quatre hélices garantit également une meilleure stabilité à l’aéronef. Cet avantage permet entre autres à l’aéronef de porter des charges plus lourdes : caméras, appareils photo, matériels divers, etc. D’où l’intérêt des médias, paparazzi et les corps armés pour ce modèle. Seule « ombre » au tableau, l’absence de rotor anticouple complique quelque peu le pilotage du quadricoptère. Ce déficit peut néanmoins être comblé, en gérant parfaitement l’équilibre des forces et des rotations des quatre hélices de sustentation.

Regardez plutôt la belle prestation qui peut-en être faite :

Les commentaires sont fermés.