Courses de drone en mode immersif : adrénaline garanti

Ces derniers temps, une nouvelle tendance est apparue en France : les courses de quadroptères, une machine entre le drone et l’hélicoptère, en mode immersif. Il faut dire que c’est une pratique qui procure des sensations incroyables en particulier grâce au mode immersif. En effet, ici, le quadroptère est muni d’une caméra qui est relié à un casque. Vous aurez donc l’impression d’être à bord de l’appareil. Vous ressentirez à peu près les mêmes sensations qu’avec le pilotage d’un bolide aérien, en sachant que ce drone peut atteindre une vitesse de 100km/h.


Des sensations plus que réalistes

 Une course de drone en mode immersif procure des sensations inégalables. Même si le système de connexion caméra-casque ressemble quelques peu à un visionnage 3D classique, les sensations sont différentes. Dès le départ de l’engin, les neurones de votre cerveau sont largement stimulés. Ils reçoivent des images d’une course effrénée. Si vous en êtes à votre premier essai, il se peut que vous ressentiez un véritable mal de l’air. Attention aux cœurs sensibles, vous avez intérêt à avoir l’estomac bien accroché. Démarrez tout doucement et laissez aux plus aguerris le privilège des rallyes aériens.

Le déroulement de la course

 Une course de quadroptère est encore plus impressionnante lorsqu’on y participe en mode immersif. Avec les drones, on contourne et traverse les obstacles à grande vitesse. Circuler dans un espace réduit, faire des virages brusques, raser la pelouse et s’engager dans un slalom entre les arbres… les manœuvres demandent une grande maîtrise de l’engin. Pour votre plus grand bonheur, sachez que la sensation de vitesse est décuplée en mode immersif. Il est donc important d’avoir de très bons réflexes. Car si vous ne risquez rien physiquement, côté finances c’est autre chose. Car ces petits engins peuvent atteindre un coût réellement scandaleux. En tout cas, vous vivrez à coup sûr des moments très sympas et follement excitants.

 

Drone Fail : Comment perdre 1400 € en 5 secondes

Le drone est devenu en l’espace de quelques années le nouveau joujou à la mode. On ne jure plus que par lui, en partie grâce aux caméras de type Gopro qui ont ouvert de nouvelles possibilités : celle de pouvoir filmer des paysages sous un angle inédit, réaliser des prises de vue aériennes époustouflantes…

On a même tendance à oublier qu’un drone c’est avant un appareil qu’on achète pour le plaisir de piloter. Pour le manipuler, il faut donc savoir … piloter (bien sûr), surtout si l’appareil vous a couté cher (le prix d’un drone peut aller d’à peine 25 € jusqu’à 1400 € voire plus).

Découvrez dans cette vidéo comment une petite erreur de pilotage peut vous ruiner votre prise de vue, et plus grave encore vous flinguer votre matériel pour finir dans le décor.

 

 

En général, on n’a pas besoin d’être diplômé de l’aviation pour piloter un drone. C’est un appareil relativement facile à manier qu’on peut contrôler à distance avec une radiocommande ou à l’aide d’un simple smartphone ou tablette.

Allez, on va se dire que les pilotes malheureux des drones de cette vidéo sont peut-être victimes d’un problème technique, comme la perte de la connexion. Le pilotage depuis un smartphone s’avère en fait très imprécis et donc beaucoup plus difficile, et la portée Wi-Fi est limitée à moins de 70 mètres.

Défaut de concentration, maladresse du pilote, mauvais calcul de la trajectoire (en cas de pilotage automatique), le drone ne semble pas si facile à contrôler que ça finalement. La preuve en images. Crash en tout genre, électrocution, perte d’équilibre… un vrai bêtisier. Pas sûr que les propriétaires aient envie de rigoler par contre !

Survoler La Défense avec son drone !

Découvrez le quartier d’affaires parisien comme vous ne l’avez jamais vu. Grâce à un drone équipé d’une caméra embarquée, on se croirait dans un film, prêt à atterrir sur les toits des tours EDF, Total ou Suez… Sacré altitude le coucou !

Un OVNI personnel ça vous dirait ?

Si comme Jasper van Loenen vous êtes bricoleur dans l’âme et avez de l’imagination, vous pouvez transformer n’importe quel objet ou presque en un drone télécommandé ! Avec sa malette DIY, pour Drone It Yourself, vous disposez ainsi de 4 hélices, d’une batterie a installer sur l’objet à faire voler ainsi que d’une télécommande pour piloter votre OVNI personnel. Les fixations ont été réalisé à partir d’une imprimante 3D. Plutôt sympa ! :)

Que vaut réellement un quadricoptère ?

Différent d’un hélicoptère rc classique, le quadricoptère ou quadcoptère attise la curiosité des débutants comme des cracs de l’aéromodélisme. Pourquoi un tel engouement ?

A conception atypique, comportement différent

Apparu sur le marché depuis quelques années, le quadricoptère reste à ce jour un appareil d’aéromodélisme très recherché. Son design atypique n’est sans doute pas étranger à ce succès. S’inspirant fortement des engins volants tout droit sortis de romans de fiction, le « quadcopter » séduit par ses quatre rotors installés sur les extrémités de deux bras métalliques – ou en matériau polymère – orthogonaux.

Les quatre hélices sont mues par un moteur central unique, dont l’énergie rotative se transmet aux rotors via des canaux de transmissions placés le long des bras supports. Le reste du circuit ressemble à celui d’un hélicoptère radiocommandé classique : terminal de commande, accus, gyroscope, etc. La structure même du quadricoptère influe sur le comportement en vol de l’appareil.

La stabilité et la puissance en plus

Les quatre rotors de sustentation dotent le quadcopter d’une surface alaire plus conséquente, lui accordant en conséquence une portance accrue. Cette spécificité facilite aisément les phases ascendantes ou descendantes lors du pilotage. Très peu de modèles atteignent le niveau de performances d’un quadcopter sur ce point.

La force des quatre hélices garantit également une meilleure stabilité à l’aéronef. Cet avantage permet entre autres à l’aéronef de porter des charges plus lourdes : caméras, appareils photo, matériels divers, etc. D’où l’intérêt des médias, paparazzi et les corps armés pour ce modèle. Seule « ombre » au tableau, l’absence de rotor anticouple complique quelque peu le pilotage du quadricoptère. Ce déficit peut néanmoins être comblé, en gérant parfaitement l’équilibre des forces et des rotations des quatre hélices de sustentation.

Regardez plutôt la belle prestation qui peut-en être faite :

Drone vs Bobines Tesla

Enfermez un drone radiocommandé dans une cage de Faraday (permet de protéger des nuisances électriques extérieures) et envoyez le entre deux bobines tesla et vous obtiendrez un résultat impressionnant : un drone qui résiste à plusieurs milliers de volts dans les airs et un visuel digne de la Guerre des Étoiles !

 

Rio de Janeiro vu du ciel !

Petite vidéo sympa de Rio de Janeiro vu du ciel !
Le tout filmé par un quadricoptère piloter en mode FPV (First Person View) et accompagné d’une bande son assez énorme.
Enjoy ! :)

 

Quadricoptère du spectacle, attention me voilà !

Voici une vidéo intéressante qui nous est parvenue. C’est un clin d’œil à une technologie que nous connaissons bien, qui se développe fortement en ce moment, mais dont très peu de gens en dehors du monde du modélisme sont conscient.

La vidéo montre un quadricoptère capable d’équilibrer dynamiquement un bâton (pendule inversé pour être précis) et de le lancer à destination d’un autre quadricoptère qui détermine lui la position optimale de le rattraper sans perdre l’équilibre.

Amis du spectacle soyez sur vos gardes, la robotique arrive à toute vitesse.